[] [ [ ] [ ] [] [] [] [] [] [] [] [] [] [] []../IMG

Kongreso 2017

Accueil > Programme > Concert de reggae

dernière mise à jour le 1er mai 2017

Toutes les versions de cet article : [Esperanto] [français]

Concert de reggae

Né au Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) sous le nom de Washington David Tufuene Mafuila, Zhou-Mack Mafuila est le dernier de 16 enfants. Dans sa famille, la musique est plus qu’une tradition, c’est un art de vivre. Il montre, très vite, des prédispositions pour la guitare et le chant. Étudiant à l’université, il fréquente assidûment Jah Lucky, un musicien rasta congolais ayant vécu en France, qui l’initie au reggae.

À ce moment là l’espéranto entre dans sa vie : un ami de la famille, M. Ngangu, qui est directeur d’école mais aussi l’un des rares Congolais qui parle l’espéranto, enseigne cette langue à la famille. L’Association Universelle d’Espéranto l’invite en Europe pour se perfectionner. Il voyage tout seul aux Pays-Bas, où il approfondit ses connaissances de la culture rasta et du reggae.

De retour au pays, Zhou-Mack, avec son ami et professeur d’esperanto Ngangu, ainsi que plusieurs autres espérantistes qui forment le noyau de l’Institut Zaïrois d’Esperanto, décident de faire la promotion de l’espéranto au niveau national. C’est à partir de ce moment qu’il se confronte aux aberrations qui sont monnaie courante dans le système dictatorial de Mobutu.

Il crée le groupe de reggae Esperanto Muziko à N’djili, où se trouve aussi la plus importante communauté rasta de Kinshasa. Il se professionnalise. Des musiciens connus forment le groupe Rumba Raï, dans lequel Zhou-Mack est intégré après un concert triomphal au stade de la Cilu à Lukala en 1988. Mais Zhou-Mack ne reste pas dans ce groupe car leurs points de vue divergent. De plus, le manque de liberté d’expression dans le pays est incompatible avec sa vision du reggae, qu’il conçoit comme une musique de liberté et de contestation. Etouffé par le carcan des autorités locales, il regrette la liberté d’opinion et d’expression qu’il a connu en Europe et décide d’y retourner.

Son choix se porte sur la France car sa sœur y habite et il est attiré par ce pays et sa culture. Il arrive à Paris en 1989. Sans papiers, sans boulot, sans argent, c’est la galère, mais il s’accroche grâce à la musique. En 1994 il découvre le jazz en fréquentant le Centre Autonome d’Expérimentation Sociale à Ris-Orangis en région Parisienne, où il rencontre le batteur-percussionniste d’origine indienne Ravy Magnifique, qui lui présente le saxophoniste américain Chico Freeman et Archie Shepp, ainsi que plusieurs autres musiciens de renom, Annie Delfau, Jean-Philippe Daryl et Orlando Paléo, avec qui il aiguise son style afro-jazz.

Avec Ravy Magnifique et Chico Freeman il crée un nouveau style musical, l’Afro-Indian-Funk, et se produit sur de nombreuses scènes. Cette nouvelle formation colle parfaitement à la vision qu’il a de la musique : celle qui réunit, celle qui métisse, qui invente de nouveaux sons grâce à l’éclectisme des influences de chacun. Le titre Pro viaj faroj est enregistré en espéranto sous cette formation du nom de FreeMagniZhou dans la Vinilkosmo-Kompil’ Volumo 2, sortie en 1996.

En 2000, il rencontre les cinq membres du combo essonnien La Fève. Coup de foudre artistique et humain, ils enregistrent ensemble International Love, premier disque de Zhou-Mack sorti en France sous son nom. Le succès est au rendez-vous. Des festivals en tant que tête d’affiche en passant par des premières parties des grands musiciens, Zhou-Mack à travers ses concerts montre qu’il est un musicien capable de faire vibrer différents publics. Zhou-Mack exprime un style très personnel, mélangeant les influences et les expériences pour créer une musique qui leur ressemble : créative, festive, expressive, libre. Il réalise l’album Originoj, entièrement en espéranto, qui est à l’image du message véhiculé par sa musique : cosmopolite et métissée, se jouant des étiquettes et des frontières entre les pays, les époques ou les styles.

JPEG - 52.4 ko
Zhou Mack - Zu Mak

Voir en ligne : Zhou Mack sur le site de Vinilkosmo

Dans la même rubrique :

]